philipp plein new collection,,
philippe pleine,,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon,
philipp plein caps,,
philipp plein women,

Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon

« Insoumis, ne vous trompez pas de combat. Ne votez pas Macron. » Un tract qui circule en ligne, affirme que « l’avenir en commun », le programme de Jean-Luc Mélenchon, « c’est aussi avec Marine ». Pour appuyer sa démonstration, il recense pas moins de seize grands sujets de prétendues convergences entre le chef de file de La France insoumise et la candidate du Front national : Ce tract a été partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux depuis dimanche 23 avril. Plusieurs versions ont circulé sur les comptes de nombreux militants et responsables du FN ou sur des pages Facebook d’extrême droite, comme Le bréviaire des patriotes (où elle a suscité plus de 5 000 partages en moins de vingt-quatre heures). Marine Le Pen a elle-même lancé un appel aux électeurs de La France insoumise, mardi 25 avril : « Je vais dire aux électeurs de Mélenchon : est-ce que sérieusement vous envisagez de voter pour M. Macron ? », qu’elle a qualifié de candidat de « la France soumise ». Pourtant, quand on regarde le détail des propositions mentionnées dans ce montage, on s’aperçoit que les positions des deux responsables politiques ne sont souvent pas aussi proches que ce qu’il essaie de faire croire. Nous les avons passées en revue pour démêler le vrai du faux. Il en ressort que les « convergences » sont exagérées, voire trompeuses dans douze cas sur seize : Voici, dans le détail, ce que cache le tract de l’extrême droite : 1. Sortir des traités européens : deux stratégies bien différentes Marine Le Pen souhaite une « négociation avec nos partenaires européens » suivie d’un référendum sur « l’appartenance à l’Union européenne » (sans le conditionner au résultat de la négociation), dans l’objectif de « restitu[er] au peuple français sa souveraineté ». Elle souhaite remettre en cause la construction européenne en elle-même, jusqu’à bannir le drapeau européen. Jean-Luc Mélenchon défendait, quant à lui, une ligne sensiblement différente pendant sa campagne. Il voulait rester dans l’Europe mais sortir des traités européens, à cause des règles économiques fixées par ceux-ci. Ses deux plans, A et B, ont été présentés davantage comme une stratégie de négociation que comme une réelle alternative ; le « plan A » consistait à renégocier de nouveaux traités avec les autres pays européens, et le « plan B » à sortir unilatéralement des traités, mais tout en cherchant « d’autres coopérations ». Derrière un même objectif en apparence se cachent donc deux visions différentes. 2. Sortir de l’OTAN : Marine Le Pen ne le propose pas Jean-Luc Mélenchon voulait quitter l’OTAN et faire de la France un pays « non aligné » sur la scène internationale. Marine Le Pen, en revanche,short philipp plein homme, propose de quitter le commandement militaire intégré de l’OTAN, mais pas l’organisation en tant que telle. 3. Sortir de Schengen : Jean-Luc Mélenchon était contre « Sortir de l’espace Schengen »,veste en jean philipp plein, c’est l’engagement de Marine Le Pen. Ce n’était pas le projet de Jean-Luc Mélenchon, qui voulait au contraire renégocier les accords en faveur de plus de flexibilité et restaurer l’entière liberté de circulation à l’intérieur de Schengen. 4. Un point d’accord pour sortir des accords de libre-échange Sur ce point,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon, les deux candidats sont d’accord, qui s’opposent aux traités comme le TAFTA ou le CETA. 5. Protectionnisme solidaire ou intelligent ? Des approches différentes Certes, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen partagent une certaine opposition au libre-échange. Mais avec, là aussi, des stratégies différentes. Ainsi, tous deux souhaitent l’abrogation de la directive sur les travailleurs détachés (voir au point 11). Pour schématiser,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon,philipp plein logo, là où Marine Le Pen vise à instaurer une « préférence nationale », Jean-Luc Mélenchon espérait plutôt encourager une harmonisation sociale et environnementale par le haut. 6. Référendum d’initiative populaire : Jean-Luc Mélenchon voulait aller plus loin Les programmes de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen présentent effectivement cette mesure (comme trois autres candidats d’ailleurs). Chez Marine Le Pen, il s’agit de la possibilité de convoquer un référendum sur n’importe quel sujet dès lors que ce dernier aurait récolté 500 000 signatures de citoyens. Chez Jean-Luc Mélenchon,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon, l’idée était légèrement différente puisqu’il souhaitait que les citoyens puissent convoquer des référendums, mais également qu’ils puissent eux-mêmes proposer des lois et non pas seulement se prononcer pour ou contre un sujet. Il prévoyait également un référendum révocatoire d’initiative citoyenne pour les élus en cours de mandat. Mais cette proposition commune ne masque pas la différence entre leurs deux projets. La VIe République de Jean-Luc Mélenchon renforçait le pouvoir du Parlement et la démocratie directe, quand Marine Le Pen n’envisage pas de réformer la nature des institutions, ni d’affaiblir les pouvoirs du président. 7. Mise en place de la proportionnelle : deux mesures différentes Les deux responsables politiques sont d’accord sur le principe de la mise en place du scrutin proportionnel. Mais ils ne sont pas d’accord sur la formule : Jean-Luc Mélenchon voulait une proportionnelle intégrale, là où Marine Le Pen veut accorder une « prime majoritaire » de 30 % des sièges pour la liste arrivée en tête pour faciliter l’obtention d’une majorité. Dans l’esprit, il ne s’agit donc pas du tout d’un mode de scrutin « à la proportionnelle intégrale ». 8. Abroger la loi El Khomri : un objectif partagé, mais… Comme Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen souhaite l’abrogation de la loi travail. Cela ne veut pas dire pour autant que les deux candidats partagent la même conception du droit du travail et les mêmes projets. Jean-Luc Mélenchon proposait ainsi une hausse du smic d’environ 180 euros net par mois, contrairement à Marine Le Pen. 9. Retraite à 60 ans avec quarante années de cotisations : une proposition partagée Sur ce point, les deux candidats ont effectivement porté la même proposition. 10. Encourager les circuits courts : Jean-Luc Mélenchon était plus précis Marine Le Pen dit effectivement dans son programme vouloir encourager les circuits courts « en réorganisant les filières », dans une proposition qui évoque par ailleurs le refus des accords de libre-échange. La candidate a néanmoins très peu développé ce thème, contrairement à Jean-Luc Mélenchon et sa « planification écologique », qui voulait « privilégier systématiquement les circuits courts et les productions locales dans la commande publique (alimentation, fournitures, etc.) et les rendre obligatoires pour les cantines scolaires ». 11. Interdire le statut de travailleur détaché : harmonisation sociale contre préférence nationale Certes, tous deux souhaitent l’abrogation de la directive sur les travailleurs détachés. Mais là où Marine Le Pen défend une « taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers » pour privilégier l’emploi de Français, Jean-Luc Mélenchon ne demandait que l’application de la législation nationale, y compris pour les cotisations patronales et salariales. Le candidat de La France insoumise avait tenu des propos polémiques en 2016 à propos du « travailleur détaché, qui vole son pain aux travailleurs qui se trouvent sur place », avant de s’expliquer en précisant qu’il ne visait pas les étrangers en France mais la concurrence entre les différents pays européens. 12. Egalité salariale femmes-hommes : Jean-Luc Mélenchon voulait aller plus loin Marine Le Pen affirme vouloir « mettre en place un plan national pour l’égalité salariale femmes-hommes », une ambition floue et non dotée de moyen dans le programme de la candidate. Au contraire, Jean-Luc Mélenchon y consacrait tout un livret de campagne, disant par exemple qu’il comptait mettre en place un « corps d’inspecteurs et d’inspectrices » chargés d’enquêter dans les entreprises,ensemble philipp plein homme, ainsi qu’un « pôle judiciaire de lutte contre les discriminations ». Il souhaitait en outre « mettre fin au quotient conjugal, système favorisant les inégalités salariales entre les femmes et les hommes,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon, en accordant un droit d’option aux couples qui souhaitent le conserver ». 13. Trente-cinq heures : Marine Le Pen plus souple que Jean-Luc Mélenchon Marine Le Pen veut que les trente-cinq heures restent la durée légale hebdomadaire, mais n’hésite pas à les assouplir dans les faits, en autorisant à revenir aux trente-sept heures ou aux trente-neuf heures dans certaines branches et en encourageant les heures supplémentaires. Elle propose également d’autoriser la négociation sur l’allongement du temps de travail au niveau des branches professionnelles. Jean-Luc Mélenchon, au contraire, comptait favoriser le passage aux trente-deux heures en convoquant une conférence sur le partage du temps de travail. Il souhaitait également majorer les heures supplémentaires (25 % pour les quatre premières et 50 % au-delà). 14. Baisses d’impôt : des mesures bien différentes Marine Le Pen propose de baisser de 10 % l’impôt sur le revenu sur les trois premières tranches. Avec sa formule, un contribuable redevable de l’impôt sur le revenu paierait donc 10 % d’impôt de moins, quels que soient ses revenus, jusqu’à 152 260 euros net par an (le haut de la tranche à 41 %,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon, qui correspond à environ dix fois le smic net). Jean-Luc Mélenchon, quant à lui, défendait une réforme fiscale bien différente, touchant à la fois à la CSG et à l’impôt sur le revenu et créant quatorze tranches d’imposition, jusqu’à 90 %. Selon son simulateur,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon, un contribuable célibataire gagnant 1 500 euros net par mois paierait avec sa formule 1 440 euros d’impôt et de CSG par an au lieu de 2 337 euros jusqu’ici (soit environ 38 % de moins). A l’inverse, un contribuable gagnant 12 500 euros net par mois paierait 62 500 euros au lieu de 59 840 (4 % de hausse). Leurs deux conceptions de la « justice fiscale » sont donc très éloignées. 15. Majoration et défiscalisation des heures supplémentaires : deux mesures différentes Attention, majoration et défiscalisation ne sont pas synonymes. Majorer les heures supplémentaires augmente directement leur montant (Jean-Luc Mélenchon proposait une hausse de 25 % pour les quatre premières,veste croco philipp plein,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon, et 50 % ensuite), ce qui rapporte au salarié et coûte à l’entreprise. Marine Le Pen se contente de maintenir la majoration actuelle (de 25 % et de 50 % après les huit premières heures) mais propose de les défiscaliser, comme l’avait fait Nicolas Sarkozy. Cela signifie exonérer les cotisations sociales sur ces heures (un gain pour le salarié mais aussi pour l’entreprise) et les écarter du calcul d’impôt sur le revenu,escape philipp plein,Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon, ce qui est un manque à gagner pour l’Etat. 16. Les aides aux petites retraites : proches, à une (grosse) différence près Marine Le Pen promet de revaloriser le minimum vieillesse (ASPA) sans préciser dans quelles proportions, d’instaurer une prime de pouvoir d’achat pour les petites retraites et de défiscaliser la majoration des pensions de retraite pour les parents de familles nombreuses. Jean-Luc Mélenchon avait une position proche, mais plus précise : il souhaitait revaloriser les pensions au niveau du smic et porter le minimum vieillesse au niveau du seuil de pauvreté. Une différence de taille existe cependant entre les deux candidats. Jean-Luc Mélenchon n’établissait pas de différence entre Français et étrangers. A l’inverse, Marine Le Pen prévoit de conditionner l’ASPA « à la nationalité française ou à vingt ans de résidence en France »,bob philipp plein, et c’est cette suppression des aides à certains étrangers qui financerait l’augmentation des « très petites retraites » des Français. Lire aussi :   Le FN dit-il la même chose que les communistes il y a trente ans ? Des mesures qui différencient clairement les deux candidats Non seulement le tract qui prétend montrer des ressemblances entre les programmes de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen comporte des inexactitudes et approximations, mais il est surtout très incomplet. Nous avons dressé une liste qui montre que le leader de La France insoumise et la candidate du Front national s’opposent frontalement sur de nombreux sujets de première importance. Vous pouvez en avoir d’autres exemples dans notre comparateur de programme. Eléa Pommiers Agathe Dahyot Journaliste au Monde Adrien Sénécat Journaliste aux Décodeurs Suivre Aller sur la page de ce journaliste Suivre ce journaliste sur twitter Anne-Aël Durand Journaliste au Monde Suivre Aller sur la page de ce journaliste Mathilde Damgé De l’éco, du décryptage et une pincée de data Suivre Aller sur la page de ce journaliste Suivre ce journaliste sur twitter